Répression de la marche des chrétiens: Niki Haley durcit le ton contre Kabila

Nikki Haley et Joseh Kabila à Kinshasa

Décidément, les esprits des morts de la manifestation pacifique des chrétiens du 31 décembre continuent à poursuivre Joseph Kabila. Nikky Haley est stupéfaite sur la brutalité et la cruauté “contre des civils innocents et des enfants dans les lieux les plus sacrés est vraiment horrifiant”

La répression brutale contre les chrétiens le 31 décembre constitue une épine dans le pied de Joseph Kabila. Ces représailles, selon certains observateurs, peuvent être assimilées à celle d’octobre 2010  des chrétiens coptes en Egypte. Il y a de quoi que Nikki Haley soit désemparée de voir les forces de sécurité user d’une force excessive contre des manifestants pacifiques avec Bibles et chapelets à la main. Ces forces n’ont pas hésiter à et utiliser des munitions réelles contre les manifestants et à profaner des lieux de culte (usage des gaz lacrymogènes dans des églises, et en arrêtant des civils – dont des enfants de chœur). 5 morts, au moins ont été enregistrés.

Dans un communiqué publié à New-York le 9 janvier, l’ambassadrice des USA à l’ONU, Nikki Haley, rappelle à l’ordre le président Kabila: “Entendre des rapports de brutalité et de cruauté contre des civils innocents et des enfants dans les lieux les plus sacrés est vraiment horrifiant. Le président Kabila doit rendre ses forces de sécurité responsables, respecter les droits de l’Homme de ses citoyens, et respecter son engagement à quitter le pouvoir, conformément à la constitution de la RDC, à la suite d’élections crédibles en décembre 2018. Les Etats-Unis et la communauté internationale continueront de suivre la situation et de lutter en faveur du peuple congolais et de sa démocratie”.

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here