PPRD: Ramazani Shadary, une mission difficile pour un va-t-en guerre

Ramazani Shadary vient d’être nommé secrétaire permanent du parti présidentiel, le PPRD. C’est un nouveau dynamisme qui va être insufflé au sein d’un parti qui battait déjà de l’aile. Pragmatique, Shadary saura-t-il faire gagner le PPRD aux prochaines élections dans un contexte où l’image de son initiateur est écorché par d’innombrables violations des droits de l’homme, les exécutions des manifestants et la confiscation du pouvoir?

La semaine dernière, Emmanuel Ramazani Shadary quittait la Vice-primature de l’Intérieur. On savait que c’était pour prendre le secrétariat permanant du PPRD. A l’opposé de Mova Sakanyi, Shadary est doté d’un courage exceptionnel et n’a pas sa langue en poche. Mais, il faut le reconnaître, sa mission ne sera pas du tout facile au moment où beaucoup de Congolais sont opposés au coup de force du président Kabila pour s’imposer à la tête du pays.

Sur Top Congo FM, Ramazani Shadary confie: “La mission qui m’a été confiée, en me désignant secrétaire permanent du PPRD, est de préparer les échéances électorales.., (que) nous sommes déterminés à gagner à tous les niveaux”.

“Gagner”, c’est facile à dire. Dans le contexte actuel, quelles stratégies va-t-il mettre en place pour redorer l’image de son parti et gagner de nouveau les cœurs des électeurs? Si en 2006, Joseph Kabila et le PPRD avaient l’estime d’une bonne frange de Congolais; en 2011, son élection a été entachée des graves irrégularités. Et en 2018, il est déjà désavoué par une grande partie de ses compatriotes. La gestion du pays pendant son mandat, celui donc du PPRD, a été calamiteuse, les violations des droits des citoyens très fréquentes, la démocratie confisquée, etc. Et partout, des voix s’élèvent contre l’initiateur de ce parti. Comment Ramazani Shadari compte-t-il inverser les vapeurs? Est-ce à coups des billets verts ou grâce à la machine à voter?

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here