Pour Nangaa, pas de machines à voter pas d’élections

L’opposition congolaise avait rejeté l’option d’usage des machines à voter lors des élections du 23 décembre prochain. Les Etats-Unis viennent à leur tour de s’y opposer. Mais pour Corneille Nangaa, sans ces machines, il n’y aura pas d’élections cette année.

“Sans machine à voter, il n’y aura pas d’élections le 23 décembre 2018”, a déclaré ce mardi Corneille Nangaa, président de la commission électorale nationale indépendante, CENI, en réponse à l’inquiétude des Etats-Unis sur l’utilisation du vote électronique. L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a estimé le lundi dernier que les machines à voter représentent “un risque colossal” pour la bonne tenue des élections prévues le 23 décembre 2018. Kalamba, rapporteur de la CENI, a appuyé la position de Corneille Nangaa en insistant sur le fait que sans la machine à voter, on devrait retourner dans l’ancien délai de 504 jours pour organiser les élections.

Argument  balayé par Vital Kamerhe, président de l’UNC. Pour lui le rejet de la “machine à tricher” n’occasionnera pas de report. “Votre calendrier prévoit aux points 39-40  l’impression, le conditionnement, la livraison et le déploiement des bulletins de vote aux 15 hubs du 7 octobre au 5 décembre 2018. La machine à voter n’est prévue nulle part”, affirme-t-il.

Ne serait-ce pas encore une manœuvre du pouvoir pour retarder les élections? C’est possible. Car, “le président Kabila et son entourage ont usé de tactiques de report les unes après les autres pour repousser les élections et asseoir leur mainmise sur le pouvoir par une répression brutale et des violences à grande échelle”, fait remarquer Ida Sawyer à la réunion Formule Arria au Conseil des Nations Unies.

Lise Grégoire Van Haaren, représentante des Pays-Bas à l’ONU, a fait part aux membres du Conseil de sécurité de la “crainte” de son pays quant à l’introduction de la machine à voter dans le système électoral en RDC. La diplomate néerlandaise a suggéré que la CENI organise un test rigoureux des machines à voter avant les élections. “L’introduction de machines à voter a suscité de nombreux soucis. Il s’agit pourtant d’une décision de la CENI que nous respectons. Cependant, le Royaume des Pays-Bas recommande urgemment de tester rigoureusement ces machines à un stade précoce afin de voir si elles pourront résister aux conditions climatiques et fonctionner dans un contexte local où des milliers d’électeurs voteront pour divers scrutins”, a déclaré Lise Grégoire Van Haaren, représentante des Pays-Bas à l’ONU.

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here