Moïse Katumbi s’en prend à un régime criminel qui a pris la RDC en otage.

A la fête de Pâques, les pensées de Moïse Katumbi, opposant numéro 1 de Joseph Kabila, se sont tournées vers ses compatriotes qui, chaque jour, de l’Ituri au Nord et au Sud Kivu, du Tanganyika au Kasaï sont, exposés à la violence et à la barbarie. Sans mâcher les mots,il incrimine le régime de Kinshasa.

“A Bunia, Djugu, Beni, Lubero, Butembo, Kanyabayonga, Masisi ou encore à Walikale, des millions des nôtres sont livrés aux mains meurtrières des groupes armés. Ils souffrent dans leur  chair. Des centaines de milliers de femmes, de jeunes et d’enfants vulnérables vivent dans la peur et dans un dénuement total. Le pouvoir est incapable de garantir à chacun son droit  le plus élémentaire, celui de vivre en paix et en sécurité. Sans eau, sans électricité et sans aucune perspective d’avenir, ils sont des millions à se sentir oubliés, abandonnés et trahis par un pouvoir irresponsable. Ces sentiments tuent et blessent autant que les armes à feu et les machettes”, dénonce Moïse Katumbi.

Le sens de son combat

L’opposant de Joseph Kabila justifie son combat par le souci de sortir son pays de cette situation “voulue et entretenue par un homme qui sacrifie tout un peuple pour assouvir sa soif de pouvoir”.

Sa lutte est de mettre fin aux conflits et d’anéantir tous les assaillants afin que la population puisse retrouver une vie normale. “Rien ne justifie que des congolais ou des étrangers puissent verser impunément le sang des fils du pays sinon la volonté criminelle du régime de rendre le pays ingouvernable. J’en  appelle donc à vous, mes compatriotes, pour ne pas céder aux provocations ni verser dans cette violence qui a pour seul but de perpétuer un régime criminel qui, en violant notre constitution et l’accord de la Saint Sylvestre, a pris notre pays en otage” tranche-t-il.

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here