Manifestations pacifiques: Moise Katumbi se joint à l’appel des curés

Moise Katumbi en pleine prière pour la nation au mois de janvier 2016.

La situation du pays préoccupe le clergé catholique car il en va du bien-être de leurs ouilles, du peuple de Dieu, dont il a la charge de paître. Aussi, les curés de l’Archidiocèse de Kinshasa ont invité les fidèles à accompagner les cloches de 21 heures par des clameurs et de vacarme. Moise Katumbi, qui avait déjà initié la prière pour la paix en janvier 2016, s’est joint à leur appel.

En réaction à l’appel des évêques catholiques qui ont demandé à leurs ouailles et à la population de se prendre en charge, le collège des curés doyens de l’Archidiocèse de Kinshasa a appelé à des manifestations non-violentes et ce, à partir de ce jeudi 14 décembre. Remettant leur démarche entre les mains du Ciel, chaque matin, les curés liront l’extrait du message de la CENCO suivi de  la “Prière pour la nation”. Et tous les jeudis à 21 heures, les cloches des églises vont carillonner.

Déjà ce jeudi 14 décembre, le collège de curés doyens de l’Archidiocèse de Kinshasa a recommandé aux curés des paroisses de sonner les cloches à 21 heures pendant une quinzaine de minutes. Le collège a aussi invité les fidèles et la population à accompagner les sons des cloches par toute sorte de clameur et de vacarme : taper sur les casseroles, des coups de sifflets et de vuvuzela, des klaxons, etc.

Moise Katumbi n’a pas tardé à relayer cette interpellation: “Avec l’appel des curés de Kinshasa et du comité laïc, l’Eglise dit NON à la dictature. Je me joins à leur voix, et au-delà de la capitale, appelle tous les Congolais à suivre ces consignes. Prions pour la Nation et chaque jeudi 21 heures, bruit et tapage jusqu’à l’application de l’accord CENCO”, a-t-il posté sur son compte twitter.

en janvier 2016, Moise avait déjà initié une série de prières pour la paix

Moise Katumbi avait déjà lancé une prière pour la nation en janvier 2016. Sur son compte twitter, il avait appelé ses compatriotes « à prier chaque jour à 12 heures, pendant deux minutes… pour la paix et pour que Dieu guide notre lutte démocratique».

L’appel de Katumbi avait été très suivi par les habitants de Lubumbashi. Dans différents quartiers de la ville, ils s’agenouillaient à 12 heures pour quelques minutes de prière pour la paix et le respect de la constitution. Pour contrer cet élan, le pouvoir déployait, chaque jour, sur les places publiques des policiers pour les disperser afin de les empêcher de prier.

On espère que cette fois-ci, on ne mettra pas des policiers devant chaque église pour contraindre le sonneur à ne pas faire tinter la cloche…

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here