Kyungu prévient: “Si Moïse n’est pas candidat, il n’y aura pas d’élection”

Avec ce nouveau procès en perspective sur la nationalité de Moise Katumbi, la Majorité Présidentielle vient-elle d’ouvrir la boite de pandore en RDC ? En tout cas, on n’en est pas loin de cette hypothèse. Devant une assistance surexcité, Kyungu wa Kumwanza est monté au créneau: “On parle d’usurpation. S’il vous plait. Qui ont usurpé la nationalité congolaise? Ceux qui sont là. On les connait. Il suffit seulement de voir leurs nez, vous dites ça, ce n’est pas un Congolais. Moïse est dans l’arbre généalogique des Bayeke, de Msiri”.

le mardi 27 mars, Flory Kabange Numbi, procureur général de la république, a annoncé sur les ondes de la Radio Okapi avoir ouvert une information judiciaire à charge de Moïse Katumbi sur sa nationalité. “Comment voulez-vous qu’un individu, se sachant de la nationalité italienne, puisse se présenter devant nos bureaux  pour avoir le passeport [congolais], la carte d’électeur ? Tout ce temps qu’il a passé à la tête de la province [du Katanga], il se prévalait de faux documents », a affirmé le procureur général de la république.

Le sujet de la nationalité risque de plonger le pays dans un autre drame. Et qui sait, conduire à une guerre civile. Chose que redoute la communauté internationale et surtout, les voisins de la RDC. Réagissant à chaud, sur ce qu’il qualifie de provocation, Kyungu wa Kumwanza n’y est pas allé par 4 chemins.

Dans une salle pleine à craquer et qui ne pouvaient contenir le grand monde venu l’écouter, Kyungu wa Kumwanza a tenu à prévenir la Majorité Présidentielle sur les conséquences qui découleront des nouvelles poursuites ouvertes contre Moise Katumbi. Soufflant le chaud et le froid, il a, par moment, adouci le ton: “Il y a une résolution des Nations-Unies qui vient de tomber. On nous demande la modération. Nous, on est calme. Ne nous énervez pas”, a-t-il prévenu. Et de rebondir d’une voix sans équivoque: “On connait d’où vous êtes venus. Nous avons aussi un peu gratté. Nous connaissons vos vraies origines. Usurpateurs! Vous, vous avez volé la nationalité”.

“Nous ne voulons pas qu’on nous provoque”, prévient-il devant une assistance révoltée et déterminée à en finir avec le régime au pouvoir qui multiplie des stratégies pour empêcher Moïse Katumbi de se présenter à la présidentielle. “Il y a maintenant une autre poursuite. Contre une seule personne. C’est Moïse qui a engagé des mercenaires, 621. Et le ministre actuel de la Justice, celui qui avait tué des gens dans un avion à Kindu… Moïse, 600 mercenaires. Moïse, Stoupis… Mais, Moïse peut acheter toute la ville de Lubumbashi. Moïse peut-il avoir un procès pour avoir volé une bicoque?”

Kyungu dit avoir entendu le PGR parler d’une nouvelle instruction contre Moise Katumbi pour usurpation de la nationalité. Dans tous ses états, il fait observer: “Quand nous voyons notre armée, quand nous voyons notre police, il y a beaucoup des usurpateurs, M. le PGR. Et ils ont des grades terribles. Tous des généraux, des usurpateurs”.

Sur le sujet, la toile en a fait ses choux gras. Sur cette photo, des joueurs de l’équipe nationale de la RDC exhibant leurs passeports français.

Dans un pays où beaucoup de gens possède en secret une double nationalité, le sujet, même le débat sur la question en cette période pré-électorale, peut conduire le pays dans un cycle des violences. La Majorité en est-elle consciente? Sauf si peut-être, c’est le résultat recherché par le régime pour se maintenir un peu plus au pouvoir. Sur le sujet, Kyungu wa Kyungu a même accusé, ironiquement, le gouvernement dont le seul programme était de causer 8 millions des morts en RDC. Et que Moïse apporterait 100 milliards des dollars pour développer le pays.

Ne s’arretant pas là, Kyungu a mis en garde en garde: “Nous représentons l’échantillon du peuple de Moise et nous vous disons ceci: Si Moise n’est pas candidat président de la république, il n’y aura pas d’élection chez-nous au Katanga”. Des mots en vain? Certainement pas. Kabila qui a déjà nommé un citoyen belge comme ambassadeur, un autre comme premier ministre et curieusement, tous les deux n’ont jamais été poursuivis en justice pour usurpation de la nationalité congolaise, se doit de bien réfléchir avant d’appuyer sur l’accélérateur de sa justice. La RDC est au bord de l’implosion. A qui va profiter le drame?

 

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here