Pépé Kallé, 19 ans après

Kabasele Yampanya; dit Pépé Kallé, l'éléphant de la musique congolaise

 

Il aurait eu 66 ans le 30 décembre 2017. Pépé Kallé est mort le 29 novembre 1998. Ce géant de la rumba ex-zaïroise était l’un des seuls artistes de Kinshasa la fêtarde à pouvoir s’enorgueillir ces dernières années de remplir régulièrement les stades du continent. Il était né à Kinshasa en 1951.  

Du haut de ses 2,10 mètres, et trimballant une masse de chair de 150 kilos, surnommé “l’éléphant de la musique africaine”, Kabasele Yampanya alias Pépé Kallé a commencé par chanter dans une chorale  de l’église Catholique. Sa voix se révèle en 1969 au sein de l’orchestre Bamboula. Mais c’est Vévé Verkys,un  célèbre saxophoniste, qui mettra en valeur les qualités de chanteur de Pepe Kalle au sein de son groupe Vévé (véritable pépinière de musiciens) et d’une de ses formations satellites Lipwa Lipwa. En 1972, Pepe Kalle participe à la fondation du l’orchestre  Bella Bella des frères Soki, qu’il va vite quitter pour créer, avec Dilu Dilumoma et Papy Tex Matolu, l’Empire Bakuba.

En 1973, Pépé Kallé est définitivement lancé avec le tube Nazoki. Mais les tournées planétaires ne commencent qu’au début des années 80, menant Kallé du Japon aux Etats-Unis, en passant par les Caraïbes, où le chanteur était une star.

Kabasele Yampanya Pépé Kallé fera beaucoup de tubes inspirés d’histoires d’amour et de la débrouille africaine quotidienne, comme Zabolo, Article 15, chanson classée première au hit-parade de 1987 à 1990 par les dizaines de millions d’auditeurs africains de RFI. Le musicien avait marqué les esprits grâce à la très célèbre danse “Kwasa-Kwasa”. On retient de lui des tubes à succès comme Article 15, Moyibi qu’il chante avec Nibima et autres, Poto malili. Pepe Kalle s’intéresse au public antillais avec Zouke Zouke puis Mobiyi, qui le rendra célèbre dans toute la Caraïbe en 1987. Deux autres albums « soukouzouk » mais cette fois en solo, Pou moun pa ka bougé et Tiembe raid pa moli respectivement parus en 1989 et 1990, feront mouche dans toute l’Afrique francophone.

                                                                                              Par Toussaint KOLONGO

© La reproduction, même partielle, de nos articles strictement interdite sans l'autorisation préalablement écrite de la rédaction.
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here